C’était en 2011 : Jean-Luc Brosson

Jean-Luc Brosson
Jean-Luc Brosson

L’atelier de Marc Pessin avait ouvert ses portes en 2011 pour présenter l’exposition « Le Grand Voyage » des œuvres de Jean-Luc Brosson, artiste grenoblois disparu accidentellement en août 2008, à l’âge de 53 ans.
En 1984, Jean-Luc Brosson, alors jeune artiste débordant d’énergie, est présenté à Marc Pessin, maître graveur éditeur, poète et artiste reconnu.
Commence alors entre eux une grande complicité, un tournant dans le travail du plus jeune qui trouve son moyen d’expression dans la fabrication de « boites » en carton. Ces boites, aux formes d’étraves, de carapaces, de pyramides, marouflées de papier craft et de pages découpées dans des livres, peints de teintes sourdes et chaudes, s’ouvrent et se déplient en de multiples compartiments, de manière complexe et ingénieuse et nous offrent son imaginaire merveilleux.

De cette rencontre naît une première exposition de Jean-Luc Brosson, en 1986, dans ce même atelier à St Laurent-du-Pont. Elle présente alors des œuvres comme la « Table d’orientation du Vieux Marin », la « Bibliothèque Oubliée », la « Boite à Musique », des petits livres étranges, des collages d’écriture…

Tout en restant très liés, les deux artistes s’éloignent un moment pour d’autres voyages, imaginaires ou réels, les deux nous invitent à les partager par leur création.
Alors que Marc Pessin fait naître du passé sa culture pessinoise, recherche archéologique au cœur de la Chartreuse, Jean-Luc Brosson part aux antipodes, s’inspirer de cultures lointaines, océaniques et maori, elles vont enrichir son travail de formes nouvelles, volutes de vagues et couleurs lumineuses,…

Aujourd’hui, ils se retrouvent. Ces boîtes enfermant mille secrets, que Marc Pessin avait acquises en 86 et délicatement conservées depuis toutes ces années, certaines emballées soigneusement de tissus et cachées parmi les trésors pessinois, sont ouvertes à nouveau aujourd’hui dans ce même lieu magique. Et pour les accompagner, il a fallu aller chercher les autres, retrouver les collectionneurs, les amis qui ont croisé le chemin de Jean-Luc, prêteurs généreux se séparant de leur bien le temps d’une exposition. Poissons, astrolabes, princesse maorie, océaniennes, bouclier géant, poupées, jungles, ont rejoint leurs ainés, dans la douce et chaleureuse lumière de l’atelier.

Marc Pessin n’a pas pu être présent à l’inauguration. Étrangement les deux artistes étaient absents  pour l’ouverture, mais l’atelier résonnait fortement de leur présence, l’un accueillant l’autre, les visiteurs découvrant le lieu de travail de l’un et le travail de l’autre.
C’était une journée émouvante, ils ont été nombreux à venir témoigner leur sympathie, revoir ou découvrir les œuvres de Jean-Luc Brosson.

Annick Isnard, 27 septembre 2011.


bib_2
© Photos Jean-Luc Lacroix

Bibliothèque, 1985, 20 x 30 x h 60 cm
Collection Aimée et Marc Pessin


bam_1
© Photos Jean-Luc Lacroix

Boîte à musique, 1985, 80 x 44 x h 23 cm
Collection Aimée et Marc Pessin


Le soleil, mais la lune

Chaque livre est un monde clos. Qu’on s’aventure à ouvrir ce livre et c’est un univers entier qui se déploie. Jean-Luc Brosson fabriquait des bibliothèques, c’est-à-dire des meubles clos, emplis de livres clos, emplis de mondes soigneusement repliés, qui ne demandent qu’à être ouverts pour retrouver vie. A tout prendre, la bibliothèque n’est qu’une boîte et, comme toute boîte, ses dehors n’expriment rien de son dedans. Le rôle d’une boîte, c’est de contenir et de conserver : une boîte est faite pour être fermée –fermée sur les secrets qu’elle recèle et qu’elle tait. Une boîte, c’est taiseux. Celui qui tient à la faire parler devra y mettre du sien (soulever un couvercle, dénouer des lacets, actionner des tirettes, manœuvrer des tiroirs), puis, une fois les trésors du coffre entre les mains, être capable de se raconter des histoires.

Certaines œuvres se donnent à voir ; pour d’autres, il faut y aller voir. L’imaginaire de Jean-Luc Brosson comportait deux facettes : une diurne et une nocturne –sans compter les éclipses. La diurne n’était que profusion de formes et festin de couleurs, sarabande saturée qu’habitaient l’esprit d’enfance et la candeur biblique. Cette face-là, solaire assurément, s’exprimait en peintures aux rouges irradiants, au jaune citron et aux bleus profonds. Mais son pendant lunaire veillait : malles, coffres, étuis, bibliothèques et reliquaires, recroquevillés sur leurs compartimentages et leurs enchâssements. Quand les tableaux s’exposaient en pleine lumière, les boîtes, elles, se tenaient dans l’ombre. Leurs tons mêmes n’étaient qu’éclats sombres : luisances bitumeuses, rougeoiements ténébreux, bruns basculant dans le noir.

Les écrins précieux de Jean-Luc Brosson relèvent de l’illusion : collages, fausses patines et marqueteries de carton. Prestige de la prestidigitation… Poudre aux yeux pour occuper la galerie, tandis que l’artiste, lui, plongeait en des profondeurs océanes, muni de portulans obsolètes et d’astrolabes désuets. Enfant perdu dans un monde trop grand, de quels dangers te gardais-tu ? Ces boucliers, ces carapaces et ces étraves qui naissaient sous tes doigts, de quoi auraient-ils pu te protéger ? L’œuvre de Jean-Luc Brosson est désormais un livre clos.
A vous de l’ouvrir.

Jean-Louis Roux
11 août 2011.


casiers
© Photos Jean-Luc Lacroix

Sculpture, 1984, 42 x h 78 cm
Collection Aimée et Marc Pessin


etui
© Photos Jean-Luc Lacroix

Etui, 1985, 80 x 9,5 x 5,5 cm
Collection Aimée et Marc Pessin


table_01
© Photos Jean-Luc Lacroix

Table d’orientation du Vieux Marin, 1985, 58 x 50 x h 28 cm
Collection Aimée et Marc Pessin


article_affiches_7_octobre_2011

Les affiches – 7 octobre 2011


article_beaux_quartiers_n°8_automne_2011

Beaux-Quartiers – Grenoble


Dauphiné Libéré. Samedi 8 octobre 2011
Dauphiné Libéré. Samedi 8 octobre 2011


Jean-Luc Brosson : le grand voyage…

Quand Jean-Luc Brosson présente son travail à Marc Pessin en 1984, le maître graveur, éditeur, poète, bibliophile et galeriste décèle tout de suite le potentiel de ce jeune artiste grenoblois foisonnant. Sa bibliothèque pyramidale de carton verni avec ses tiroirs à multiples fonds, ses écritures abyssales, ses éclats d’ombres, possède un réel pouvoir de fascination et de mystère… Ce sera le début d’une longue complicité entre Marc Pessin et le premier d’une série d’objets livresques, qui feront désormais la marque de l’artiste. Boucliers antédiluviens, astrolabes immémoriaux, poupées vaudous ou jungles impénétrables du bout du monde, le peintre nous embarque au fil des ans dans son ailleurs coloré, tout de cartons précieux, de patines sans pareilles, de rêves d’enfance perdue… Cette odyssée imaginaire prend toutefois fin brutalement en 2099, avec la disparition accidentelle de Jean-Luc à l’âge de 50 ans. Reste l’œuvre, poétique, impénétrable, impérissable. Sous l’impulsion d’Annick Isnard, l’association Jean-Luc Brosson, constituée peu après le drame, a entrepris de nous la faire redécouvrir. 25 ans après sa première exposition dans l’atelier galerie de Marc Pessin dans le massif de Chartreuse, une trentaine d’œuvres, collectées auprès des collectionneurs, ont été de nouveau réunies. Un voyage à ne pas manquer…

Du 25 septembre au 30 octobre 2011, dans l’atelier-galerie de Marc Pessin à Saint-Laurent-du-Pont


Artiste peintre – sculpteur
Briançon 16 juillet 1955 – Grenoble 3 août 2008
A vécu et travaillé à Grenoble et Paris

Expositions personnelles
2008 Mai-juin-juillet
Golf de Bresson (Isère)

2007 : du 20 octobre au27 novembre
Galerie « De Arte », Nantes

2006 du 7- au 19 septembre
Galerie du FORT SAINT EYNARD, Grenoble
Peintures-sculptures

2005 du 11 au 22 octobre
Espace Henriette GROLLl, Sassenage (Isère)

Du 9 décembre 2004 à 11 janvier 2005
Galerie Jean-Marie CUPILLARD, Grenoble
Huiles sur toiles

2003 du 16 janvier au 12 février
Galerie Jean-Marie CUPILLARD, Grenoble
Peintures-sculptures

2002 du 14 juin au 20 juillet
Galerie François CALLU-MERITE, Paris 6ème
« Une exposition pour l’été »

Objets décoratifs, peintures

2000 du 16 novembre au 13 décembre
Galerie Jean-Marie CUPILLARD, Grenoble
Objets décoratifs, sculptures

1998 du 26 février au 25 mars
Galerie Jean-Marie CUPILLARD, Grenoble
« Histoires océaniennes »

Juillet 1995 du 22 juin au 22 juillet
Galerie François CALLU-MERITE, Paris 6ème
« Invitation au voyage »

1995 du 28 avril au 20 mai
Galerie Antoine DE GALBERT, Grenoble
« Océaniennes » – Peintures, sculptures

1993 Juin-septembre

Galerie Caroline CORRE, Paris 6ème
« Jeux océaniques »

Mai 1986

Atelier d’Art Marc PESSIN, St Laurent-du-Pont (38)
« La métamorphose d’un livre oublié »
Expositions collectives

2006 Décembre Galerie Accrochage, Paris
« De la maison Hermès à ses dernières créations, le rêve et l’imaginaire sont les
rouages d’un merveilleux voyage.


Peintures-sculptures

1998 Galerie Jean-Marie CUPILLARD
Salon « Arts-Nîmes », Nîmes

Mars 1996 Galerie Antoine DE GALBERT
Salon de Mars, Paris

Mars 1995 Galerie François CALLU-MERITE
Salon de Mars, Paris

Juin 1994 Galerie François CALLU-MERITE
Art Jonction, Cannes

Mars 1994 Galerie François CALLU-MERITE
Salon de Mars, Paris

Février-mars 1994 Galerie Antoine DE GALBERT
« Art Primitif/Art contemporain », exposition de groupe à la galerie, Grenoble

Janv 1994 – déc 1993 Galerie François CALLU-MERITE
« Zoom avant, 1989-1994 », exposition de groupe à la galerie, Paris

Février 1993 Galerie Caroline CORRE
« Découvertes », Grand Palais, Paris

Février 1991 Galerie Caroline CORRE
« Découvertes », Grand Palais, Paris

1991 Galerie Caroline CORRE
« Drôles de Livres : dix ans – dix artistes », Paris

1990 Galerie Caroline CORRE
. Centre Culturel Français de Belgrade
. « Le livre dans tous ses états », château de Vascoeuil
. « L’Art à la Page », 1er festival du Livre d’Art de Cagnes-sur-Mer
. Musée de Béziers
. Bibliothèque de Carbon-Blanc
. « La fureur de lire », Aubusson
. Centre Culturel de Niort
. Centre Culturel de St Avold

1989 Galerie Caroline CORRE
. Foire du livre d’Uzerche
. « Délires de livres », Centre Culturel de Boulogne-Billancourt

1988 Galerie Caroline CORRE
. « Le livre dans tous ses états », galerie Caroline Corre
. « Le livre-objet », Orgeval

1984-1986 Atelier d’art Marc PESSIN, graveur et éditeur, St Laurent-du-Pont (38)
Participe aux diverses expositions de l’atelier
Autres réalisations

Septembre / Novembre 1992
Réalisation de la vitrine d’automne d’HERMES, Paris 8ème, sur le thème « Les Amériques »
En 1987 Réalisation d’une sculpture au sol (dallage) pour le patio des Archives Municipales de la Ville de Meylan (38)
Voyages 1992 Séjour en Nouvelle-Zélande.
Habite à Auckland. Voyage en auto-stop dans l’île du Sud, jusqu’à l’île Stewart.
1995 Périple en Asie et Australie
Voyage en train, bus et auto-stop, de Bangkok à Timor, puis de Darwin à Sydney en
passant sur la côte de Corail et Alice Springs.